La duchesse s'Expatrie!

La Duchesse s’Expatrie … l’Ascenseur Emotionnel !

Quand vous parlez à quelqu’un (un ami, un collègue, un membre de votre famille ou un inconnu) de votre projet d’expatriation vous avez généralement deux types de réaction :

  1. Des étoiles pleins les yeux et un « c’est super génial, j’en ai toujours rêvé! Tout le monde devrait le faire …. » En résumé la super excitation de l’aventure
  2. Des *presque* larmes dans les yeux et un « MAIS POURQUOI ? Tu sais quel temps y fait là bas ?? Et tu vas quitter ton boulot ??? Et vendre ta maison ???? Mais vous êtes fous ?????? …. » En gros la panique totale à la limite de la crise d’angoisse

Alors comment se situer dans ce florilège d’émotions contradictoires qui peuvent sérieusement influencer ses propres émotions et nous faire *légèrement* paniquer ?

Effet-Papayon-Mangue-Debol-panique

Clairement il faut prendre du recul et accepter que ses émotions vont atteindre des pics (hauts et bas) durant toute la préparation, le séjour à l’étranger et le retour. Personnellement j’appelle ça mon « ascenseur émotionnel » !

Quand on prévoit une expatriation, on se rend pas forcément compte de tout ce qu’on va laisser derrière nous, de tout ce que l’on va manquer (anniversaires, naissances, mariages…), des choses qui vont nous manquer et de tout ce sentiment d’appartenance que l’on va perdre. Beaucoup de proches pensent que c’est plus simple pour la personne qui part que pour celle qui reste, mais personnellement je n’en suis pas si sûre …

Quand on lit sur les différents forums et blogs les articles de personnes qui se sont expatriées (dans le cadre d’un PVT ou pas), on voit bien que chaque situation est différente mais surtout que le rêve laisse très vite la place à la réalité ! (par exemple ici, ou là)

Je suis plutôt dans le camp de ceux qui vantent le « toute expérience est bonne à prendre » mais je pense qu’il est important de nuancer ce propos.

La première étape à tout grand projet c’est bien sûr une préparation DU TONNERRE !

Une fois le fameux GRAAL du visa obtenu (ma lettre d’introduction, JE L’AIME !! celle de mon mari, JE LA SURKIFFE !), l’observation constante des prix des billets d’avion (Aller Simple, Aller/Retour, Compagnie régulière, Directs ou non …) et tous les petits détails personnels (Mais qui va garder nos chats ??? Merci Maman & Papa … ) ; il faut bien se pencher sur les GROS *DÉTAILS* qui vous l’aurez compris n’en sont pas !

Alors comme je vous l’ai déjà dit, il faut IMPÉRATIVEMENT s’activer et activer son réseau AVANT de partir. Pour cela bien penser à participer aux gros salons et forums de l’emploi (DESTINATION CANADA et les JOURNEES DU QUEBEC sont les principales pour le CANADA) mais aussi à tous les petits salons et webconférences organisées par les ambassades/consulats et également les Pôles Emploi et CCI.

Mais en plus de cela, il faut préparer son mental ! Durant tous ces préparatifs on est partagés entre le rêve de partir et l’angoisse de faire le GRAND PAS. Ce n’est que le début de nombreuses phases d’apprentissage qui vont jalonner le séjour avec des moments de joie extrêmes et des moments de tristesse et de frustration tout aussi extrêmes! Chaque personne passe par ces phases, de manière plus ou moins rapide et intense, en suivant plus ou moins le sens suivant :

Il faut savoir qu’une fois arrivé, tout semble magique. On est fasciné par la nouveauté, tout est à découvrir, on est plein d’énergie et de bonne volonté ! C’est la mini phase de la lune de miel. 

Très vite, on se rend compte qu’on a perdu tout nos repères habituels. Cela étant particulièrement valable quand on doit utiliser une nouvelle langue que l’on maitrise plus ou moins. A chaque coup dur, on réalise que nos amis proches et notre famille n’est pas là pour nous épauler et nous remonter le moral. Les gens autour de nous ne peuvent pas comprendre ce que l’on vit et encore moins nos proches restés « au pays ». Dans ces moments là on a souvent besoin de se recréer une communauté d’expatriés et/ou de Français pour se sentir moins seul et « faire face » à la différence. C’est la première phase du choc culturel. 

S’ensuit une adaptation superficielle. On a créé de nouveaux repères, quelques connaissances deviennent de vrais amis, on arrête de juger tout selon son œil de Français. (les fameux « c’est pas normal » ou « c’est bizarre » apparaissent moins dans nos conversation)

Après arrive une phase de frustration. La routine arrive, les amis ne sont pas forcément les rocs qu’on avait, des événements que l’on manque, une certaine « fatigue culturelle » qui entraine des gros coups de blues. On atteint généralement à ce moment un plafond en terme d’apprentissage de la nouvelle langue : on comprend, on se fait comprendre mais on ne sait pas forcément répondre du tac au tac ou raconter une bonne blague. En résumé c’est la nostalgie de ce que l’on a laissé.

Enfin on peut dépasser ce sentiment et accepter sa nouvelle vie avec ses bons et ses mauvais côtés, sa routine et ses imprévus et profiter à fond avant de se confronter à l’appréhension du retour.

Le temps est passé si vite et on a pas eu le temps de faire tout ce que l’on avait imaginé. De retour dans son pays avec sa famille et ses amis, on a l’impression que rien n’a changé alors que on se sent tellement différent. Les gens nous demandent « comment s’était? » Comme si on peut résumer des mois de vie et d’expériences en quelques mots. On a l’impression d’être incompris et on recherche systématiquement à être entourés de personne qui ont vécu la même chose. On ne parle que de tout ce qui était génial là bas et de ce qui est nul ici. C’est le choc culturel inversé et appliqué à son pays d’origine. On se demande quelle culture on préfère et si on a raison de vouloir repartir.

Rassurez vous, on se réadapte à son pays d’origine au bout de quelques temps et finalement on se retrouve enrichi de cette double culture que l’on trimbale avec nous et de cette connaissance et compréhension du monde, bien au delà de nos frontières. Que vous décidiez de repartir ou de rester, vous n’en serez pas moins un nouveau citoyen du monde plus ouvert aux différences culturelles ! (en gros quelqu’un de vraiment TOP !)

Quelques conseils cependant pour appréhender au mieux votre séjour :

  • Éviter les trop nombreux contacts avec vos amis et famille. Déjà cela va nuire à votre implication dans votre nouvelle vie et créer un sentiment de frustration. Vous ne pouvez pas vivre dans deux pays à la fois !
  • Dépasser la fatigue créée par vos débuts dans une nouvelle langue. Votre cerveau est une éponge donc en immersion totale, même si vous êtes trop épuisés pour parler et vous ne semblez rien comprendre, sans le savoir votre cerveau travaille pour vous. Il mémorise des tournures de phrases, des mots … qu’il vous ressortira comme par magie plus tard. Cette fatigue ne doit pas être sous estimée mais ce n’est pas une raison pour se décourager et s’isoler !
  • Gérer les différences culturelles : apprenez qu’il faut éviter de juger comme justes ou fausses, bonnes ou mauvaises une nouvelle pratique. Le « savoir-vivre » est différent d’un pays à l’autre et les malentendus peuvent être nombreux et source de conflit! La culture est un iceberg : il faut prendre conscience que de la partie immergée qui est bien plus vaste que ce que l’on imagine …

iceberg

Pour finir quelques définitions pour mettre en lumière la notion de culture :

 » La culture est considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social  » – UNESCO

 » La culture est le visage et l’âme d’un pays, car elle reflète la pensée et la façon d’agir des êtres qui l’habitent  » – Parlement du CANADA

 » La culture : des valeurs et des systèmes comportementaux qui permettent à des groupes de personnes de donner un sens au monde qui les entoure  » – Conseil de l’Europe

En espérant que ce petit topo vous aura aidé … Si vous avez déjà vécu cela, n’hésitez pas à commenter / annoter l’article! Tout commentaire constructif et retour d’expérience est bon à prendre !

Dans le cas, où cet article ne vous a pas aidé … Appelez votre Tante Ginette, elle pourra sûrement vous rassurer … ou pas ! 😉

Why-culture-shock-is-good-for-you-V3-1_0

Update du 03/12/15 :

Je vous conseille de jeter un coup d’œil sur ce bel exemple d’infographie (en anglais) sur l’intérêt du choc culturel  ! 

Prochainement : La Duchesse s’Expatrie … Trouver du Travail ?

Advertisements

4 réflexions au sujet de « La Duchesse s’Expatrie … l’Ascenseur Emotionnel ! »

  1. Bonjour Duchesse !
    Merci de la mention de mon article et surtout merci pour cet article tout court.
    Très bien mené, je trouve que tu mets bien l’accent sur quelque chose qui peut passer au second plan, c’est la préparation mentale. Quand c’est la première expatriation c’est assez compliqué, mais avec l’expérience cela devient plus facile de se préparer mentalement à ce qui va arriver. Ce que tu décris plutôt bien !
    Je viens de partager l’article 😉
    A bientôt ! – Michael

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s